Rare Trompette Demi Lune de Guichard à Paris

La trompette naturelle est fabriquée dans un tuyau long et constituée par l'embouchure, le tube et le pavillon.

Cet instrument est encore employé dans la musique baroque sur des instruments anciens, fabriqué dans la tonalité d'Ut et de Ré pour les trompettes dites à boule, souvent par de réputés facteurs germaniques de Nuremberg, des XVIII et XVIIIIémes siècle, comme Schmidt Jacob, Haas Johann Wilhelm, Kodisch Johann Carl, Saurle Michael, Riedl Joseph, Anton Schnitzer, Sauder, Ehe, Huschauer, Hainlein.

Dès la fin du baroque, on a essayé de rendre la trompette chromatique, avec le bouchage qui fut inventé en 1775, puis inutilisée à partir de 1840.

L'idée vient du corniste A.-J. Hampel, qui en 1750 avait remarqué qu'en introduisant la main dans le pavillon, on pouvait faire baisser la note émise d'un demi, voire un ton complet.

La technique n'a pas été mise en œuvre tout de suite sur les trompettes car leur forme ne permettait pas à l'instrumentiste de mettre sa main au niveau du pavillon. C'est en 1777 qu'un facteur « enroula » plus la trompette pour lui donner une forme de demi-lune.

La deuxième technique est la trompette à clefs. Elle a les mêmes dates d'apparition et de disparition que le bouchage.

L'idée commença, encore une fois, à être expérimentée sur le cor. La première trompette à clefs a été construite en 1777,

mais ne connut aucun succès car le timbre caractéristique de la trompette disparaissait presque entièrement et était à mi-chemin entre la trompette et le hautbois.

La grande invention du XIXe pour la trompette est le piston.

C'est un des deux grands évènements de l'histoire de la trompette, avec l'admission de la trompette dans la musique de concert vers 1600.

Le piston a été inventé vers 1815, il fut une réponse en vue de faire devenir la trompette chromatique dans le registre grave.

Le système de pistons avait tous les avantages des systèmes antérieurs sans aucun des inconvénients.

Le piston est un élément de l'instrument très fragile, et qu'une simple chute peut dérégler.

Les avantages sur les autres systèmes sont : l'instrument est entièrement chromatique et toutes les notes présentaient le même timbre, alors que la trompette à clefs raccourcissait le tube en provoquant des pertes, des fuites, la trompette à pistons comme la trompette à coulisse l'allongent.

Alors que les trompettistes du baroque n'avaient que trois éléments à coordonner lèvres, souffle et langue, ceux qui utilisèrent une trompette à pistons en avaient quatre : souffle, lèvres, langue et doigts.

La trompette à pistons s'imposa rapidement dans la musique militaire, mais se heurta à des opposants surtout par conservatisme dans le milieu symphonique. De 1813 à 1839, la trompette et le Cornet connaissent en France et en Allemagne de notables évolutions

Invention du piston par Blehmel en 1813,

le système Stöelzel en 1814,

invention des valves rotatives en 1820 par Blümel,

le système Périnet en 1839, qui remplacera les précédents.

De ces techniques naîtront les trompettes et cornets actuels.